Les 3 Suisses lancent un nouveau catalogue papier

Logo 3 suissesL'histoire est pleine de surprise... Ainsi, en 2014, et dans le même mouvement que l'autre mythique enseigne de la VPC du Nord, La Redoute, les 3 Suisses abandonnaient leur gros catalogue et ses près de 1000 pages sur papier glacé ! Vaisseau amiral de la marque depuis plus de 80 ans, il n'a pas résisté à la montée irréversible du web, avec le e-commerce, le m-commerce (applications mobiles) et les campagnes d'e-mailings ! 

Par la suite, l'enseigne de Croix a lancé pendant moins d'un an (septembre 2014 à mai 2015) un concept qui n'a, sans doute, pas séduit ses lecteurs - consom'acteurs : le magalogue, un concept à mi chemin entre un catalogue de vente à distance classique et un magazine de tendance (reste à découvrir les raisons de la non adoption de ce nouveau format !). Et voilà, qu'en cette fin d'année : EXIT LE MAGALOGUE !

Ce n'est pas pour autant un abandon du format papier !

Ce faisant, les 3 Suisses n'abandonnent pas pour autant le format papier. En effet, après la fin du gros catalogue général et celle du magalogue, les 3 Suisses se tournent vers... le catalogue de vente à distance papier.

Car, si le Magalogue n'a pas su convaincre les abonné(e)s, qui sont encore sensibles au format papier (il suffit de compter le nombre d'opérateurs de Vente à Distance / Vente par Correspondance qui surfent avec succès, uniquement via ce média, ciblant notamment les 3e et 4e âges), le magalogue des 3 Suisses a sans doute frustré ses lecteurs (lectrices).

Aussi, les 3 Suisses ont relancé un catalogue papier plus "traditionnel". Rien à voir pour autant avec ses illustres prédécesseurs, car ici nous sommes loin des pavés d'antan qui servaient autant à faire ses achats de mode qu'à... caler une armoire. De 92 ou 48 pages, le nouveau support des 3 Suisses ressemblent plus à un flyer publicitaire qu'à un ouvrage de référence. La référence restant désormais bel et bien le site de e-commerce de l'enseigne.

Qu'en conclure ?

Que le papier a toujours sa place dans une stratégie de vente à distance, y compris pour des enseignes qui ont souhaité devenir "pure player". Une ironie de l'histoire qui n'est pas la seule que nous livre la révolution numérique. Car, au même titre que l'on a voulu voir avec le e-commerce la mort des catalogues papier, l'on évoque souvent, avec la même cause, celle du commerce physique... Est-ce donc pour cela qu'Amazon a ouvert à Seattle sa première librairie physique ?

Comme quoi, les conclusions trop hâtives ne sont pas saines, dans les affaires, comme ailleurs !

NB : l'information cité concernant la sortie d'un catalogue papier traditionnel par les 3 Suisses provient du Site du journal La Voix du Nord, pour en savoir plus, c'est par ici !

Vincent Faouet sur Google+

e-commerce e-boutique vente à distance site marchand

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau