Stratégie : les nouveaux marketeurs sont des chercheurs

Les nouveaux marketeurs sont des chercheursMême si les bureaux des services Marketing ne disposent pas de paillasses, même si aucun tube à essai emplit d'un liquide verdâtre ne bouillonne sur un bec de gaz, même si aucune centrifugeuse ne ronronne dans son coin... Le marketeur (ou marketer) moderne se doit d'être un chercheur et considérer l'activité de son service comme celle d'un laboratoire. 

Non pas qu'il faille totalement oublier certains fondamentaux sagement appris lors des études. Mais il faut dire que l'arrivée des nouvelles technologies, l'offre pléthorique d'outils et systèmes venant en appui du travail du marketeur, l'évolution perpétuelle des habitudes des consommateurs et la rapidité avec laquelle ces bouleversements s'exercent obligent dorénavant les marketeurs à ne plus agir en fonction de préceptes.

"Le marketing c'est apprendre à marcher en marchant", comme le soulignent si justement Hervé Kabla et Yann Gourvennec dans leur ouvrage "La communication digitale expliquée à mon boss" (éditions Kawa). Il faut savoir tomber et se relever, savoir tester et apprendre de ses erreurs. Ce que Nelson Mandela a bien exprimé en disant : "Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j'apprends !". Ce bel aphorisme devrait être inscrit au fronton de toutes les écoles de marketing. Car, le marketing moderne est APPRENTISSAGE.

De l'A / B testing à l'UX Design en passant par les techniques de co-création (marketing collaboratif entre entreprises et consommateurs : cf. à ce sujet la plateforme Casino cvous.com), tout aujourd'hui, plus que jamais, tend vers une collaboration (via des tests, des échanges). Vous en souhaitez une preuve ? Les bonnes vieilles techniques d'Outbound Marketing sont en passent de céder leur place, souvenez-vous des tests que vous avez menés en utilisant les techniques d'autruis (tests qui ne se sont pas révélés concluants), la réaité des uns n'étant celle des autres... Aussi, il faut savoir réfléchir, faire preuve d'inventivité et de réactivité, le tout dans le cadre formel de l'entreprise. Ce qui, il faut l'avouer n'est pas simple. Imaginez-vous demander à votre DG, 6 à 9 mois de tests tous azimuths alors que lui vous demande des résultats immédiats. L'incompréhension risque fort de s'inviter à une telle réunion !

Ici, la souplesse doit être de mise, le grand plan marketing annuel, architecturé, avec sa belle mécanique bien huilée doit savoir laisser de la place à des minis plans "laboratoires" de vos futures actions. Celles qui, petit à petit, viendront remplacer, faire évoluer et sauront évoluer elles-mêmes pour être toujours "up to date". C'est aussi par la mise en oeuvre d'une certaine souplesse marketing que la disruption, dont il est tant question aujourd'hui, fera son apparition dans votre entreprise (PME / PMI y compris), comme elle saura construire son avenir (à-venir) "radieux". 

Ne vous focalisez donc plus sur les "4P" (Produit - Prix - Place - Promotion) de vos années estudiantines, méfiez-vous des "beaux parleurs" qui vous diront "Je vous assure pour l'avoir mis en place, ça marche...". L'avenir du marketing, son ADN, n'est pas à la réplication mais bel et bien à l'invention. Car tout reste à créer ! C'est en cela qu'à mon sens, un bon marketeur est avant tout un chercheur. 

Vincent Faouet sur Google+

e-reputation vente à distance e-boutique site marchand e-commerce

3 votes. Moyenne 4.67 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.