Le webmarketing à l'épreuve de la loi de Murphy

Rien n'échappe à la loi de Murphy. Aussi, le Webmarketing doit passer sous ses fourches pour adopter les meilleurs principes qui vous permettront de véritablement développer votre activité. Cela est d'autant plus judicieux que tout étant traçable via les médias digitaux, il serait idiot de ne pas en profiter pour tester, tester encore et apprendre de ces erreurs, pour n'adopter que les bonnes pratiques.

Qu'est-ce que la Loi de Murphy ?

La loi de Murphy a été formulée dans les années 40, par Edward J. Murphy, militaire de l'US Air Force, avec ces mots : "S'il y a plus d'une façon de faire quelque chose, et que l'une d'elles conduit à un désastre, alors il y aura quelqu'un pour le faire de cette façon." (Source Wikipedia). Une loi qui a connu un grand succès et que l'on nomme aussi, plus vulgairement, "loi de l'emmerdement maximum" ou "loi de la tartine de pain beurrée" (vous savez celle qui ne fait rien que de tomber de vos mains pour toucher le sol du côté... beurré !).
De nombreuses personnes voient en cette loi, une loi pessimiste. D'un certain point de vue, c'est tout à fait exact. Mais savoir changer son regard d'angle est aussi le propre des marketeurs, pour la simple et unique raison qu'ils doivent en permanence savoir s'adapter au contexte. Donc, pour mettre un peu de positif dans cette loi, voyons en quoi elle s'avère utile dans le cadre du webmarketing.

Tester, tester et tester encore.... pour apprendre de ces erreurs et ne retenir que le meilleur !

Le webmarketing a ceci de pratique : il propose un panel d'outils d'analyses et de mesures vous permettant d'étudier l'impact de vos actions. Bref, non seulement le test est possible, mais il doit devenir la règle. "Apprendre à marcher... en marchant" devrait être le credo de tout marketeur.

En la matière, cela signifie qu'aucune des "bonnes recettes", que l'on voit fleurir sur la toile (et ailleurs), ne doivent être prises au pied de la lettre. Qu'il convient, dans le cadre de votre entreprise (PME / PMI), que vous agissiez en B to B ou en B to C, de tester différentes options de webmarketing pour vous faire votre propre opinion, à la lueur de vos résultats, sur votre marché, en fonction de ce que vous proposez (produits / services) en ligne. Pour détenir non pas LA vérité, mais VOTRE vérité "marché". Car, quel que soit les techniques que vous mettre en oeuvre, il s'avèrera toujours que certaines seront plus productives que d'autres, parfois même en complète contradiction avec les oracles qui vous disent d'aller dans un sens plutôt que dans un autre.

Quel rapport avec la Loi de Murphy ?

Webmarketing loi murphy"Tout cela est bien gentil, mais quel rapport avec la loi de Murphy ?" me direz-vous. J'y viens ! Que nous enseigne cette loi ? La prudence et la capacité de prévoir (ou si l'on fait un peu d'étymologie de "voir avant..."). De voir avant... que les choses n'arrivent, ou ne prennent une tournure trop catastrophique qu'il devient difficile de s'en sortir, à moindre frais (ou coûts, c'est selon).

Exemples :

  • Tout investir en adwords... sans avoir une vision précision du rendement que cela va vous apporter en termes de conversion. Cela serait faire fondre votre budget marketing comme beurre au soleil sans rien retirer de concret de l'opération. D'où le besoin de prudence.
  • Utiliser un plateforme d'emailings sans avoir connaissance de ses qualités en matière de délivrabilité... Gloups, vous avez battu le record mondial de spams, mais cela ne vous à rien rapporté ! Donc la prudence et les tests s'imposent !
  • Agir sur les réseaux sociaux... sans imaginer de stratégie en cas d'avis très négatifs de la part des internautes (ou de vos concurrents se faisant passer pour des internautes lambda). Donc là, ce n'est pas d'un test dont vous avez besoin (sauf lors de la définition des réseaux sociaux les plus à même de vous permettre d'atteindre vos objectifs), mais d'imagination pour savoir parer toutes attaques.

L'on peut multiplier les exemples à l'envi. Mais inutile d'aller plus loin, vous m'avez compris. Évitez donc les conclusions hâtives et les décisions radicales, mais testez, pour vraiment juger de l'opportunité de vos opérations sur le web, et réfléchissez à l'ensemble des évènements négatifs pouvant intervenir dans le cadre de la mise en place de vos opérations webmarketing. Ce ne sera jamais en la matière faire preuve de pessimisme, mais bel et bien de pragmatisme et d'efficacité.

Si vous avez le désir de vous entourer, faites-le avec des spécialistes qui vous proposeront des actions en connaissant tant vos objectifs que vos contraintes, outre le fait qu'ils sauront bien mettre en place les tests... Ce n'est pas pour rien que Claude Hopkins dans son ouvrage Scientific Advertising évrivait en 1923 (!) "On peut répondre à la plupart des questions de façon définitive, rapide et bon marché grâce à une campagne test. Un test est la bonne façon d’y répondre – pas une discussion autour d’une table" (je vous invite d'ailleurs à lire l'article sur la publicité sur Facebook d'où j'ai retiré cette citation, il est très instructif).

Vincent Faouet sur Google+

e-commerce e-boutique site marchand seo pme réseaux sociaux pmi

2 votes. Moyenne 4.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.